Différents rachats de dette

le 08/04/2010 L'AGEFI Hebdo

Lorsque c’est la société qui se prête au rachat de dette, se posent des problèmes de cash disponible et d’intérêt social (lire ci-dessus)... Lorsque c’est un fonds, il apporte, par une prise de risque calculée, de la liquidité sur un marché souvent peu liquide : « Sa plus-value éventuelle ne lèse personne, pas même les créanciers lui ayant cédé des titres, rappelle Mathieu Chabran, directeur général de Tikehau IM, qui opère ce genre de rachats « pouvant parfois offrir des rendements de ‘private equity’ avec une position beaucoup plus sécurisée ». Si ce fonds est par ailleurs déjà actionnaire de la société, il est théoriquement soumis aux recommandations de la Loan Market Association (LMA). Le débat devient plus sensible quand il ne l’est pas mais compte le devenir...

A lire aussi