Créer un écosystème à Paris

le 04/02/2010 L'AGEFI Hebdo

Parallèles, les projets de la place pour ranimer le marché primaire obligataire et créer une plate-forme secondaire ne sont pas complètement indépendants. Un marché secondaire liquide et transparent peut ainsi rendre le primaire lui-même plus efficace dans la formation de son prix. Il semble en outre que les gérants regardent de plus près, depuis la crise, la place où les papiers sont listés, dans un objectif de sécurité juridique maximum.

Surtout, refaire de Paris une place de cotation et un lieu d’impulsion à un projet en secondaire participe de l’ensemble de la défense de la place, l’écosystème ne pouvant que bénéficier d’une culture d’émissions obligataires liquides. A cet égard, la crise a donné l’opportunité à Paris de prendre conscience de ses atouts. « Les grandes banques françaises se placent au premier rang des chefs de file dans les ‘league tables’ obligataires en euros », souligne Jean Tricou à la Fédération bancaire française.

A lire aussi