Rencontre avec... François Bergère, secrétaire général de la MAPPP (Mission d’appui aux partenariats public-privé)

« Conjuguer tous les concours publics n'est pas facile»

le 04/02/2010 L'AGEFI Hebdo

Comment fonctionne la nouvelle garantie de l’Etat ?

L’octroi de la garantie publique est décidé par un comité ad hoc où sont représentées les directions du Trésor, du Budget, des affaires juridiques de Bercy et la MAPPP. Outre un appui technique aux acteurs lors des différentes phases de montage du PPP, notre rôle, à la suite de la loi de février 2009 sur les grands projets, consiste à instruire pour le compte de l’Etat les demandes de sa garantie. Les différents candidats se voient proposer le recours à la garantie, qui est assortie d’un prix de marché, et une fois le projet attribué, nous nous assurons que l’offre finale est conforme au cahier des charges initial ».

Le calendrier des projets n’est-il pas décalé ?

Il s’agit de projets très lourds, de plusieurs milliards d’euros chacun nécessitant, outre la garantie de l’Etat, l’intervention de la Caisse des dépôts et de la Banque européenne d'investissement, et des subventions publiques. A quoi s’ajoute la difficile conjugaison des concours financiers entre l’Etat et des collectivités locales, surtout en période pré-électorale. Les projets accusent donc un peu de retard.

A lire aussi