L'avis de... Christophe Nijdam, analyste chez AlphaValue

« BNP Paribas devance largement ses compatriotes »

le 24/06/2010 L'AGEFI Hebdo

La hiérarchie des banques de financement et d’investissement (BFI) a-t-elle changé ?

BNP Paribas devance désormais largement ses compatriotes. Au niveau européen, elle rivalise avec Deutsche Bank, Barclays et HSBC, qui afficheront autour de 15 milliards d’euros de revenus annuels en BFI en 2011. Société Générale reste en revanche parmi les acteurs de deuxième rang, au côté d’UBS et Credit Suisse en recul depuis la crise, mais elle est encore loin devant Crédit Agricole et Natixis.

Société Générale n’affiche-elle pas des objectifs ambitieux ?

Si, mais elle n’a plus les moyens d’exceller partout et se concentre sur des niches à marge élevée. Elle reste ainsi parmi les leaders mondiaux des dérivés actions, comme BNP Paribas. Mais contrairement à celle-ci, elle est lestée par ses actifs gérés en extinction. Leur montant a augmenté de 35,5 milliards fin 2009 à 37 milliards d’euros au 31 mars 2010.

Natixis et Crédit Agricole vont-ils conserver une approche plus modeste ?

Selon nos calculs, Natixis mise sur un résultat net d’un milliard d’euros en 2012 pour sa BFI, soit tout de même entre la moitié et un tiers des profits visés par Société Générale. C’est volontariste si elle s’appuie uniquement sur son fonds de commerce actuel. Pour stimuler ses revenus, elle pourrait donc être contrainte à se lancer dans de nouvelles activités loin de ses bases, comme semble l’attester l’ouverture d’un desk de trading de matières premières et métaux à New York. Crédit Agricole communique en revanche sur une stratégie peu risquée via l’annonce de son accord de coentreprise de courtage avec le chinois Citic Securities. Il veut montrer qu’il ne renonce pas à augmenter son empreinte en dehors de France sous la pression des caisses régionales, mais le succès d’une telle coentreprise n’est pas garanti dans un pays réputé difficile.

A lire aussi