Autosatisfaction

le 15/05/2014 L'AGEFI Hebdo

« C’est aux actionnaires et aux dirigeants de s’occuper du destin d’Alstom », indiquait récemment un investisseur français, se faisant l’écho d’une opinion largement répandue dans les affaires et critiquant le chauvinisme des hommes politiques français. Pourtant, les dirigeants des multinationales ne sont pas aussi tournés vers l’international qu’ils se plaisent à le croire, selon The Economist citant malicieusement une étude de la Stern Business School. Seulement 12 % des 500 plus grands groupes mondiaux seraient ainsi dirigés par un responsable venant d’un pays autre que celui du siège social. Le chiffre passe à 15 % pour l’ensemble des cadres dirigeants. Les groupes européens sont les plus cosmopolites à leur sommet. Bref, autant que l’esprit de clocher, les dirigeants doivent se méfier de leur sensibilité aux idées reçues comme de l’autosatifaction ! 

A lire aussi