Entretien avec… Jean-Michel Brunet, directeur du marché des investisseurs au Crédit Foncier

« Vers des difficultés de financement des nouveaux projets d’ici à décembre »

le 06/10/2011 L'AGEFI Hebdo

L’environnement économique international a changé. Quel peut en être l’impact pour les investisseurs immobiliers dont l’octroi de crédit est nécessaire ?

Nous avons accompagné deux belles opérations au premier semestre. Notamment, la vente par Gecina d’un complexe résidentiel à Lyon auprès de Carlyle Real Estate et le futur centre commercial que réaliseront Altaréa Cogedim et Orion à Villeneuve-la-Garenne. Néanmoins, ces opérations d’envergure ont été signées avant le mois d’août. Depuis, le marché interbancaire s’est tendu sur fond de défiance sur l’exposition des banques au risque souverain. Les banques sont à nouveau confrontées à un tarissement des liquidités et les coûts de financements augmentent de façon significative (40 points de base environ, NDLR), de sorte que les investisseurs pourraient rencontrer des difficultés pour le financement de leurs nouveaux projets d’ici à la fin de l’année.

Cependant, compte tenu de la baisse des taux long terme, il peut être intéressant pour un investisseur de « 

swapper » un crédit à taux variable en taux fixe et compenser ainsi l’augmentation des coûts de liquidité pour rendre la transaction économiquement viable.

Quelles sont les opérations que les banques vont privilégier ?

En tout état de cause, priorité est donnée aux crédits affectés et aux investisseurs dont les opérations sont clairement identifiées par rapport aux crédits corporate.

Dans ce cadre, les OPCI (organismes de placement collectif en immobilier, NDLR), dont les règles statutaires limitent l’endettement à 50 %, demeurent notre cible privilégiée actuellement. Néanmoins, la feuille de route concernant l’investissement de l’immobilier tertiaire est encore floue et dépendra de l’évolution de la réglementation Bâle III, de la sortie de crise de la Grèce et s’inscrira, en 2012, dans le contexte de l’élection présidentielle en France.

A lire aussi