Entretien avec... Sonia Bonnet-Bernard, associée-gérante de Ricol Lasteyrie*

« Très coûteuses, les offres hostiles sont rares »

le 13/01/2011 L'AGEFI Hebdo

Vous intervenez comme expert indépendant dans le cadre d’OPA. Avez-vous constaté des lancements d’offres hostiles ?

Elles sont restées très rares au cours de l’année en 2010. L’offre d’Axel Springer sur Seloger.com est l’unique exemple. Cela s’explique, en premier lieu, par le faible dynamisme du marché français des fusions-acquisitions l’an dernier : une vingtaine d’offres publiques ont été déposées auprès de l’AMF (Autorité des marchés financiers, NDLR), dont seulement une dizaine ayant véritablement pour objet une prise de contrôle. Pourtant, il y a un an, nous nous attendions à un redémarrage des offres suite à des augmentations de capital et des émissions d’obligations convertibles dont le produit aurait pu servir à la croissance externe.

Anticipez-vous néanmoins un retour de ces opérations à l’avenir ?

Il y a des entreprises en embuscade, mais la plupart préfèrent lancer des offres amicales. Une offre hostile est très coûteuse, car il faut un prix significatif pour décider les actionnaires à y répondre favorablement. En outre, il faut être prêt à acquérir 100 % du capital et éventuellement opérer un retrait de la cote. Enfin, dans de nombreuses sociétés cotées, une part significative du capital est entre les mains d’un ou d’un petit nombre d’actionnaires de référence avec lesquels il est nécessaire de s’entendre.

Des sociétés faiblement valorisées craignent-elles d’être des cibles potentielles ?

En 2009, de nombreuses sociétés étaient inquiètes. Elles craignaient de ne pouvoir résister à une offre, car elles avaient peu de visibilité et un cours de Bourse déprimé. Mais depuis, la plupart se sentent moins fragiles. Leurs cours se sont redressés et elles ont à nouveau un business plan qui reflète leur stratégie, ce qui les protège contre un « raid » à bas prix.

*Ricol Lasteyrie publie chaque année « L’Observatoire des offres publiques », qui analyse l’ensemble des opérations en France

A lire aussi