Dominique Daridan, responsable de la recherche crédit chez Aurel BGC

« Le trading de taux devrait encore souffrir au quatrième trimestre »

le 14/11/2013 L'AGEFI Hebdo

Comment s’explique le recul du trading obligataire dans les derniers résultats trimestriels?

Ces activités ont pâti d’une baisse des volumes liée aux craintes d’une remontée des taux d’intérêt en provenance de la Réserve fédérale américaine. Les activités de taux devraient continuer de peser sur les résultats des banques au quatrième trimestre : en effet, les gérants obligataires, satisfaits de leur performance en 2013 (réalisée au premier semestre) et en mal de réinvestissements satisfaisants en cas de vente de leurs titres, restent attentistes. Par ailleurs, les banques européennes ont globalement réduit leur portefeuille de trading obligataire, activité pénalisée car consommatrice de fonds propres dans le contexte de Bâle III.

Quelles activités ont à l’inverse soutenu les résultats?

Les fusions-acquisitions, depuis un certain temps au point mort, ont redémarré cet été. Ces opérations ont bénéficié d’une liquidité abondante au sein des marchés financiers ainsi que d’un environnement de taux bas, facilitant l’accès à l’emprunt pour les entreprises. La faiblesse des taux favorise également les activités de prêts immobiliers, les banques privilégiant les crédits dans le domaine résidentiel au détriment des entreprises, pénalisées dans le cadre de Bâle III en matière de ratios tant de solvabilité que de liquidité.

A lire aussi