Entretien avec... Pablo Garmon, responsable du développement Europe de Tag Audit

« Le ‘trading haute fréquence’ va être beaucoup plus régulé »

le 03/11/2011 L'AGEFI Hebdo

Que pensez-vous de la proposition de révision de la directive MIF (Marchés d’instruments financiers) ?

Il y a de vrais changements, notamment avec cette nouvelle catégorie de plates-formes OTF (organized trading facilities, NDLR) qui va canaliser une partie des échanges OTC (de gré à gré, NDLR), et interdire le compte propre du sponsor. Le reporting, des opérateurs comme des marchés eux-mêmes, est globalement renforcé. Et la place de l’Autorité européenne des marchés (Esma) devrait grandir, même si ce n’est pas si visible dans ces textes.

Le « prix de référence » ne se trouve plus autant sur les marchés réglementés. Qui gagnera cette bataille des opérateurs ?

Effectivement, on peut se poser la question quand le prix sur un MTF (plate-forme multilatérale de négociation, NDLR) comme Chi-X a été, tout au long d’une même journée, le plus utilisé comme référence de négociation sur un titre ou un indice donné (presence time at EBBO). Même s’ils conservent un monopole lors des fixings, cela devient compliqué pour les marchés réglementés qui ont d’ailleurs toujours des contraintes supérieures de contrôle des risques, de coupe-circuits et de transparence. Enfin, rappelons que les marchés comptent encore sur les revenus des ventes de leurs données...

Peut-on se satisfaire de l’article sur le « trading » algorithmique, qui ne semble pas aussi ciblé que nécessaire sur le « trading haute fréquence » ?

Cette approche large est étrange, peut-être due aux moyens trop limités de supervision des régulateurs en pre-trade comme parfois en post-trade, pour connaître la vraie nature des investisseurs. Et l’obligation - que certains jugent « dramatique » - d’apporter de la liquidité en continu semble difficile à mettre en pratique. Au-delà, entre les contrôles des risques et les garde-fous renforcés des plates-formes, le ratio maximal d’ordres non exécutés acceptable, la taille minimale pour le « pas de cotation », la Commission montre qu’elle veut avancer à travers ses propositions. Si on ajoute un contrôle accru sur les services de colocation et les structures de fees (commissions), plus les projets de taxes sur les transactions financières, sans même parler du règlement Market Abuse sur les manipulations de cours, le « trading haute fréquence » va être beaucoup plus régulé.

A lire aussi