Rencontre avec... Didier Valet, directeur du pôle « Banque de grande clientèle et solutions investisseurs »

« Tirer parti de notre ancrage européen »

le 10/10/2013 L'AGEFI Hebdo

Sur quels critères pilotez-vous votre pôle ?

Notre nouveau pôle doit être en mesure de générer une rentabilité forte, tout en poursuivant l’optimisation de sa consommation de ressources. Pour cela, nous devons capitaliser sur nos domaines d’excellence (dérivés actions, produits structurés, conservation, etc.) et y gagner des parts de marché, notamment en tirant parti de notre ancrage européen qui demeure essentiel avec plus de 60 % du PNB en BFI* en Europe, 80 % en banque privée et 90 % en conservation. Dans les quatre ans à venir, il faudra aussi que nos recrutements et investissements soient autofinancés.

Quelle y est la place de Lyxor ?

Lyxor couvre quatre métiers : les ETF**, segment sur lequel nous sommes troisième en Europe ; la gestion alternative avec notamment une plate-forme de comptes gérés, la gestion active modélisée, enfin la gestion structurée. Nous venons de lancer plusieurs initiatives et cette entité présente des synergies avec les autres métiers du pôle, notamment avec les activités de marchés, la banque privée et SGSS (Société Générale Securities Services, NDLR).

Comment comptez-vous développer le post-marché ?

SGSS a étendu sa couverture géographique et remporté de nouveaux mandats institutionnels tels Allianz et Peregrine. Numéro deux en Europe derrière BNP Paribas (hors HSBC), il répond aux besoins des clients qui veulent couvrir l’Europe avec deux ou trois interlocuteurs. Pour cela, SGSS doit continuer à investir pour renforcer sa couverture géographique tout en gagnant en efficacité dans un contexte de taux bas et de baisse des volumes. Enfin, la création de notre nouveau pôle va nous permettre d’offrir à nos clients une chaîne post-marché plus intégrée aux services d’exécution.

*Banque de financement et d'investissement.

**Exchange-traded funds.

A lire aussi