Société Générale en situation délicate face à la Libye

le 02/06/2011 L'AGEFI Hebdo

Révoltes. Sur 53,3 milliards de dollars d’actifs sous gestion, 5 milliards étaient placés auprès de banques occidentales dont Société Générale, à hauteur de 1,8 milliard de dollars : telle était la situation du fonds souverain Libyan Investment Authority (LIA) à fin mars 2010. Trois mois plus tard, les actifs libyens confiés à la française avaient fondu à 1,05 milliard, selon l’organisation non gouvernementale Global Witness. Tandis que les représentants des pays industrialisés réunis au G8 de Deauville déclarent soutenir les « révoltes arables » et que l’Etat mobilise les forces françaises pour précipiter la fin du régime de Kadhafi, Société Générale se trouve en mauvaise posture : les produits structurés qu’elle a vendus au LIA représentent à eux seuls la moitié des pertes engendrées par les groupes occidentaux (BNP Paribas, Credit Suisse, HSBC...). Pour sa défense, elle rappelle travailler « avec de nombreux fonds souverains, toujours dans le respect complet des règles et des lois ».

A lire aussi