Rencontre avec… Jacques Pélissard, président de l’Association des maires de France

« La situation devrait être plus confortable en 2013 »

le 24/01/2013 L'AGEFI Hebdo

Les collectivités locales ont-elles pu réaliser leurs projets d’investissement en 2012 ? Qu’en sera-t-il en 2013 ?

Les projets lancés en 2012 ont été financés. Les collectivités se sont toutefois montrées très prudentes en réduisant de 18 à 15 milliards d’euros leurs demandes de prêts et en les anticipant en début d’année. La situation devrait désormais être plus confortable, l’offre de La Banque Postale n’étant arrivée que tardivement sur le marché en 2012. Les collectivités continueront en 2013 à réaliser très en amont leur demande auprès des banques.

Comment se passent les renégociations bancaires concernant les prêts toxiques ?

Les renégociations se font au cas par cas, certaines ayant été résolues. Le principal problème rencontré par les collectivités pour se défaire de ces emprunts repose sur la soulte de sortie, qui peut atteindre des sommes conséquentes, parfois supérieures au capital restant dû. Un fonds de 50 millions d’euros a été créé pour aider les collectivités aux prises avec ce type d’emprunt. Si cette initiative apparaît intéressante, son financement se révèle problématique : l’apport de l’Etat se limite à 25 millions d’euros, le solde étant prélevé sur le produit des amendes de polices destiné aux collectivités !

Craignez-vous que Bercy, via les enveloppes sur fonds d’épargne de la Caisse des dépôts, contrôle les projets des collectivités ?

Le risque existe, non pas en termes d’orientation, mais de réduction des projets, le Trésor pouvant mettre son veto. Cela impliquerait une mise sous tutelle des projets par Bercy qui n’est pas concevable ! Je milite en faveur de la création de l’agence de financement qui, outre la liberté de choix dans les investissements, apporterait une meilleure fluidité pour l’accès aux crédits et une optimisation des taux de financement, actuellement trop élevés.

A lire aussi