Roubini cible la France

le 02/12/2010 L'AGEFI Hebdo

Alors que les prévisions pessimistes de Nouriel Roubini au sujet de la crise des crédits subprime se sont avérées justes, mais que son statut de Cassandre le distingue moins qu’auparavant, l’économiste n’hésite pas à assimiler la France à la Grèce, l’Irlande, l’Espagne et le Portugal. « La France ne semble pas en bien meilleur état que les Etats périphériques » de la zone euro, a-t-il asséné récemment sur CNBC. Il relativise cependant ses propos, estimant : « C’est juste que comparé aux autres Etats européens, ils n’en sont pas encore au même point. » Mais au regard du tumulte provoqué par la réforme des retraites, l’avenir de notre pays l’inquiète : « Après les petits changements du système des retraites - consistant à repousser de 60 à 62 ans l’âge de départ -, nous avons eu des émeutes dans les rues. Que se passera-t-il quand arriveront des réformes plus radicales ? » Cependant, sa principale crainte concerne tout de même l’Espagne, qu’il juge « too big to fail », avec ses 1.000 milliards de dollars de dette publique, « les ressources européennes ne suffisant pas pour lui venir en secours ».

A lire aussi