Innovation financière

Retour des clauses allégées dans les LBO européens

le 13/06/2013 L'AGEFI Hebdo

Le chimiste allemand Oxea a profité de l’appétit des investisseurs pour refinancer sa dette pour 1,1 milliard d'euros, avec des clauses contractuelles très allégées (covenants light), sur le modèle réapparu ces derniers mois dans les LBO (leveraged buy-out) aux Etats-Unis. La dette, arrangée par Morgan Stanley et Nomura, comporte deux tranches amortissables « first-lien senior secured credit facility » à échéance 2019 syndiquées par Deutche Bank (200 millions d'euros et 720,5 millions de dollars), un crédit renouvelable multidevise (120 millions d'euros, non tiré) et une tranche « second lien senior secured » à échéance 2020 (327,5 millions de dollars) syndiquée par JPMorgan. D’autres LBO ont fait l’objet de covenants light comme Ista, DEMB, Armacell, Clondalkin, Infor, InterGen, Allflex… Au départ destiné à rembourser la dette obligataire à haut rendement (427 millions d'euros), le refinancement d’Oxea permet aussi de verser un dividende de 618 millions d'euros à son actionnaire, Advent International. Une pratique de « dividend recap » que dénoncent les agences de notation.

A lire aussi