Retour au bercail

le 28/06/2012 L'AGEFI Hebdo

Le rapport annuel de la BRI est une mine d’informations… de toutes sortes. Entre autres, comme l’a noté le FT Alphaville, en analysant les conséquences d’une croissance rapide du crédit, les auteurs notent qu’un secteur financier hypertrophié absorbe une part importante des talents qui auraient pu contribuer au développement d’autres secteurs, tels que l’industrie gourmande en recherche et développement (R&D). En d’autres termes, ceux qui auraient rêvé, dans un autre temps, de trouver un traitement contre le cancer ou de voler vers Mars se retrouvent à la tête de hedge funds… Le rapport se base même sur une étude externe pour en mesurer l’impact. Un secteur fondé sur une activité de R&D importante mais localisé dans un pays au secteur financier en plein boom se développera de 1,9 % à 2,9 % moins vite qu’un secteur moins intensif en recherche mais localisé dans un pays où le système financier se développe moins vite… Voilà au moins de quoi retrouver un peu de bonne humeur : dans le contexte actuel de réduction des effectifs, les scientifiques qui avaient rejoint massivement les banques et les hedge funds vont pouvoir de nouveau se consacrer à la recherche…

A lire aussi