RBS s’enfonce, Barclays résiste

le 10/11/2011 L'AGEFI Hebdo

Economies. Grâce à la réévaluation de leur dette propre, Barclays et RBS limitent la casse au troisième trimestre, avec respectivement un bénéfice net de 2,4 milliards et 1,2 milliard de livres (2,8 et 1,4 milliard d’euros). Sans cela, RBS serait en perte. La banque britannique, nationalisée à 83 %, renonce à son objectif d’un rendement des fonds propres de 15 % (contre 12 % à fin septembre), alors que Barclays vise toujours 13 % en 2013 (contre 8,1). La banque de financement et d’investissement de RBS, à peine dans le vert au troisième trimestre, va subir de nouvelles suppressions de postes après les 2.000 annoncées en août. Elle pâtit notamment d’une chute de revenus de 58 % dans les taux, changes et matières premières, contre seulement 19 % chez Barclays. La pression sur les coûts persiste chez ce dernier, après l’annonce de 3.500 suppressions de postes cet été.

A lire aussi