Quilvest Private Equity enchaîne les levées de fonds

le 23/05/2013 L'AGEFI Hebdo

L’un des pionniers du non-coté, qui gère 4,3 milliards de dollars, fait fi de la crise avec déjà quatre fonds au programme cette année.

Quilvest Private Equity enchaîne les levées de fonds

Si les acteurs du capital-investissement peinent à lever des capitaux, certains font exception à la règle. Quilvest Private Equity (PE), branche dédiée du groupe Quilvest présent également dans la gestion de fortune, a bouclé en mai trois véhicules pour un montant cumulé qui pourrait atteindre près de 700 millions de dollars (543 millions d’euros) : 150 millions dans le cadre d’un fonds de fonds annuel axé sur les Etats-Unis et l’Europe, 300 millions pour un fonds de fonds immobilier spécialisé dans des stratégies opportunistes et 80 millions via un fonds dédié à des entreprises américaines. Ce dernier véhicule pourrait être abondé, sous réserve de l’octroi d’une licence, de 150 millions de dollars additionnels par la Small Business Administration (SBA) aux Etats-Unis. « Les deux premiers véhicules ont dépassé leurs objectifs, tandis que le troisième a été sursouscrit trois fois », relève Michel Abouchalache, patron du groupe Quilvest. Le pôle a parallèlement annoncé le 23 mai le lancement d’un fonds de fonds visant 400 millions de dollars.

« 2012 a été notre meilleure année de levée de fonds et les premiers mois de 2013 constituent un nouveau record avec 350 millions de dollars collectés », se félicite le dirigeant. Alors que les levées de fonds à l’échelle mondiale ont reculé sur un an de 15 % à 67,2 milliards de dollars sur le premier trimestre 2013 - leur plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2011 selon des estimations Preqin -, « notre meilleur atout est notre historique de performance, estime le dirigeant. Nous avons toujours enregistré une performance à deux chiffres sur l’ensemble de nos véhicules, exception faite du capital-risque, qui en est toutefois proche ». Un constat qui laisse dès lors peu de place aux nouveaux entrants. Selon Preqin, seuls 28 fonds sont parvenus à boucler leur premier véhicule au cours du premier trimestre 2013 au niveau mondial, soit le plus bas niveau enregistré sur la période 2008-2013. Quilvest PE, qui a soufflé l’an passé ses quarante bougies, représente l’un des pionniers du private equity.

Equilibrage

Alors qu’il investissait initialement pour le compte du groupe familial Quilvest, le pôle a pris une véritable ampleur depuis son ouverture à des souscripteurs tiers en 2002. Ses actifs sous gestion sont passés de 300 millions à 4,3 milliards de dollars (au 15 mai 2013). « Nous souhaitons arriver, en rythme de croisière, à quelque 5 milliards de dollars sous gestion, confie Michel Abouchalache. Avec un objectif de levées de fonds de 500 à 600 millions de dollars par an et en incluant les cessions et distributions, ce seuil pourrait être atteint d’ici quatre à cinq ans. »

Face à une raréfaction des capitaux au sein du secteur, le dirigeant se veut optimiste. « Les levées de fonds dans le capital-investissement restent actuellement très difficiles, mais nous constatons chez les investisseurs un regain d’appétit pour les classes d’actifs risquées, à l’exception des 'hedge funds' », observe-t-il. En termes d’investissements, « nous privilégions les Etats-Unis, qui opèrent une reprise, et les pays émergents tels que le Vietnam, le Mexique ou le Chili. Nous nous éloignons, comme le souhaitent d’ailleurs nos investisseurs, d’une partie de l’Europe, incluant malheureusement la France ».

L’activité de Quilvest PE s’articule autour d’une activité fonds de fonds, dans laquelle la part des mandats, au nombre d’une vingtaine aujourd’hui, ne cesse de croître et d’un pôle d’investissement direct. Dans cette dernière activité, Quilvest PE, qui investit via son bilan, réalise ensuite pour chaque opération une syndication dans le cadre d’un véhicule dédié. « Nous conservons 20 % à 30 % du montant de l’investissement, là où la norme du secteur s’élève entre 3 % et 5 %, permettant un fort alignement d’intérêt avec nos investisseurs, explique Michel Abouchalache. Pour ces derniers, l’avantage est par ailleurs de moindres commissions, puisque nous n’en prélevons qu’une fois l’investissement réalisé. » Alors que les fonds de fonds représentent deux tiers des encours, « nous souhaitons arriver à un équilibre avec l’activité directe, certes plus volatile, mais de fait plus rémunératrice », ajoute-t-il.

Quilvest PE réduit parallèlement la voilure dans le capital-risque. L’équipe de Quilvest Venture a pris son indépendance et rebaptisé l’entité Quadrille Capital. « L’équipe gère un peu plus de 250 millions de dollars pour notre compte et celui de leurs clients, indique le dirigeant. Nous allons continuer à travailler avec eux sur certains dossiers, essentiellement dans le secteur de l’énergie. »

A lire aussi