Quid des investisseurs dans les fonds ?

le 13/01/2011 L'AGEFI Hebdo

Les investisseurs, y compris les fonds de fonds dont les gérants sont couverts par la directive AIFM (sauf pour les contraintes incombant uniquement aux fonds sous-jacents), devront effectuer leur propre revue stratégique à la lumière de ce texte. « Certains institutionnels semblent rassurés à l’idée d’investir dans des fonds en conformité avec la directive AIFM, ce qui pourrait même conduire certains gérants à favoriser un ancrage européen lors de leurs prochaines levées de fonds », explique Axelle Ferey chez Ernst & Young à Luxembourg, évoquant la possible instauration d’un « label de confiance » internationalement reconnu au même titre que Ucits sur le marché des OPCVM... On a vu cependant, ces derniers mois, certains fonds de pension nord-américains opter plutôt pour des solutions d’investissement direct via des équipes de gestion internalisées qui ne tomberaient pas, même si ces investisseurs étaient européens, sous le coup de la directive.

Pierre de Fouquet, chez Iris Capital, rapporte aussi l’étonnement de certains investisseurs asiatiques face à l’acharnement de l’Europe « à mettre des contraintes sur la tête de ses propres gérants et donc investisseurs », avec une directive qu’il juge finalement « praticable » mais « génératrice de bureaucratie et inutilement coûteuse » pour tous.

A lire aussi