Quand la fiction rattrape la réalité

le 17/05/2012 L'AGEFI Hebdo

On savait l’excellent film Margin Call inspiré des pratiques de Goldman Sachs en 2007 et de la faillite de Lehman Brothers en 2008. L’idée : une banque d’investissement découvre que sa prise de position sur un marché unique (en l’occurrence les mortgage-backed securities) menace de faire couler l’établissement entier. Sa liquididation entraîne les événements que l’on sait. Le scénario semble se répéter encore aujourd’hui : JPMorgan a annoncé une perte de trading de 2 milliards de dollars - et qui pourrait encore augmenter - suite à un mauvais pari sur les credit default swaps (CDS) sur de la dette corporate. Le trader avait pris des positions atteignant un montant proche de 100 milliards de dollars sur un index de 125 sociétés, pariant sur l’amélioration de leur crédit sur les sociétés américaines les mieux notées. Manque de chance, le marché s’est retourné contre lui… Pas de faillite en vue. Mais au-delà de l’anecdote cinématographique, on peut se demander ce qu’ont appris les contrôleurs des risques depuis 2007… et les régulateurs. Car si les CDS ne sont pas encore compensés, ils sont bien enregistrés…

A lire aussi