Proximaniaques

le 19/05/2011 L'AGEFI Hebdo

Les Echos revenaient mardi 17 mai sur l’histoire de Proximania, « un désastre boursier » sur le Marché libre pour les mille actionnaires de cette société devenue du jour au lendemain une coquille vide. Le PDG, Laurent Troude, aurait contracté en septembre 2008 un emprunt de 20 millions d’euros auprès de Goldman Sachs dans des conditions « extrêmes » ayant permis au créancier de récupérer ensuite les actifs dans la téléphonie mobile et l’affichage publicitaire, puis de les céder à une holding luxembourgeoise (Trimast) sans informer les actionnaires, désormais attentifs aux actions en justice. Cette histoire, « édifiante » écrit le quotidien, vient rappeler les lacunes du Marché libre. Plus généralement, ce dossier où l’entrepreneur a su jouer avec l’information lorsqu’il cherchait des fonds démontre aussi la différence entre la « communication » et la « transparence », pourtant indispensable pour ne pas faire fuir les investisseurs des marchés actions.

A lire aussi