Dossier Profils gagnants

Des professionnels plus tournés vers les clients de la BFI

le 19/05/2011 L'AGEFI Hebdo

L'encadrement, le conseil, la gestion des risques liés aux produits complexes (structurés, dérivés) sont devenus des enjeux dans ce métier.

Après quatre ans de crise, les banques de financement et d’investissement (BFI) devraient pâtir des réformes réglementaires (Bâle III, taxes bancaires...) consécutives aux risques d’intermédiation qui leur sont reprochés. L'époque où elles finançaient le développement de la banque de détail semble révolue, et elles doivent désormais optimiser la combinaison de leurs métiers. La réorganisation générale de presque toutes les BFI françaises n’a pas été suivie d’une vague d’embauches. « On voit le redémarrage depuis 2010, mais avec une faible pression à la hausse des salaires propre à la France », constate Eric Singer, associé fondateur de Singer & Hamilton.

Le conseil (M&A, ECM, DCM), moins coûteux en fonds propres, a été le premier à vivre d’importants mouvements : chez SG CIB (avec par exemple Thierry d’Argent), Deutsche Bank (Marc Pandraud, Emmanuel Hasbanian, ci-dessous), Credit Suisse (Olivier Barret, Andrea Bozzi), UBS (Jérôme Pelletier), Barclays (Philippe Deneux, Catherine Soubie)... Plusieurs entreprises ayant remanié leur état-major, les banques ont voulu promouvoir des conseillers issus de la même génération. Les grandes « boutiques » ont aussi recruté (François Kayat et Pierre Tattevin chez Lazard, Erik Maris chez Messier Partners), ou enfin - pour ne pas être victimes du jeu de chaises musicales - ont valorisé et coopté de nouveaux associés comme chez Rothschild et Lazard. « Ces jeunes financiers acceptent mieux que leurs aînés les nouvelles conditions - notamment de bonus différés », poursuit Eric Singer.

Après avoir coupé dans les effectifs (avec d’importants départs chez RBS, Natixis, ING, etc.), « les ‘financements structurés’ nous donnent à nouveaux des mandats depuis peu, en PPP (partenariats public-privé, NDLR), financements export, voire à nouveau en dette LBO 'midcaps' », note Eric Singer. Les fonctions « marchés secondaires » ont été un peu moins animées, en dehors de quelques nominations marquantes (Nicolas Wirz chez Oddo Securities, Nicolas Truong chez Natixis, Teddy Dewitte chez Nomura...). Les départements Fixed income, Cash actions et Dérivés actions ont renforcé leur contrôle des risques et leur exécution.

A lire aussi