Prêts pour l'exode

le 16/12/2010 L'AGEFI Hebdo

L’encadrement unilatéral des bonus, confirmé la semaine dernière par le Comité des régulateurs bancaires, le CEBS, pourrait compliquer la vie des banques européennes installées à Wall Street. Les règles, qui s’appliqueront dès le 1er janvier, prévoient le versement d’au moins 50 % du bonus en actions et limite à 30 % maximum son versement en cash. Les banques plaidaient pour une année de sursis. Les régulateurs, mis sous pression par une saison de bonus 2009 particulièrement généreux, n’ont rien voulu entendre. A Londres (photo), Paris ou Francfort, l’équité concurrentielle sera a priori préservée puisque les règles du CEBS, qui ne font que préciser la directive CRD 3, concerneront toutes les banques dûment enregistrées, quel que soit le pays de leur siège. Dans le reste du monde, en revanche, seuls les établissements européens seront tenus de les appliquer. Rien n’indique pour l’instant que le législateur américain entende traduire dans une législation les exigences du Financial Stability Board. Le Congrès s’est même explicitement prononcé contre cette idée. « J’aimerais que les Etats-Unis nous rattrapent », espère toutefois le commissaire européen au Marché intérieur et aux Services Michel Barnier (lire aussi l’entretien). Pour l’Association for Financial Markets in Europe, « il est probable que ces règles [à défaut d’être appliquée en Asie et aux Etats-Unis] mènent à un exode progressif des talents des centres financiers européens ».

A lire aussi