L’avis de… Axel Pierron, senior vice-président chez Celent

« Le politique freine actuellement les démarches de consolidation »

le 26/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi les projets de fusions entre Bourses sont-ils aussi difficiles à concrétiser ?

Nous sommes en effet dans une phase où le politique freine les démarches de consolidation, à l’image du projet de rapprochement entre Singapour et Sydney et celui du London Stock Exchange avec TMX, la Bourse de Toronto. Nous sommes en fait dans une situation où le politique demande aux opérateurs boursiers d’être des acteurs centraux du financement de l’économie locale. Or les pouvoirs publics ont peur de perdre ce levier en acceptant de telles fusions. Pourtant, on peut estimer qu’ils l’ont déjà perdu quand les Bourses sont devenues des acteurs privés et cotés, en quête de profits. Quoi qu’il en soit, les autorités politiques ne veulent pas voir ce rôle des Bourses être limité.

En cas d’échec, quelles seraient les options pour Nyse Euronext ?

Il va en effet falloir trouver un plan B ainsi que des relais de croissance. Tous les scénarios sont envisageables : rapprochement avec le London Metal Exchange ou avec le London Stock Exchange par exemple. Ils peuvent aussi vouloir partir sur une démarche d’alliance avec d’autres opérateurs. En parallèle, alors que Nyse Euronext tire déjà une large part des revenus de son activité Technologies, il pourrait encore accélérer ce volet en fournissant ses services à d’autres Bourses ou à d’autres institutions financières, voire faire davantage de colocation.

Pourquoi est-il si nécessaire de trouver des relais de croissance ?

Les Bourses évoluent actuellement dans un contexte où, concurrence oblige, leur rentabilité est sous pression en raison à la fois de la baisse des coûts de transactions et d’importants investissements sur l’informatique. Il est donc indispensable pour les opérateurs boursiers de se positionner sur des activités qui ont des marges plus confortables, voire de se développer sur d’autres classes d’actifs, même si c’est toujours plus compliqué à mener à bien.

A lire aussi