Une plate-forme Internet pour le placement de convertibles

le 19/12/2013 L'AGEFI Hebdo

Société Générale a conçu cet outil innovant pour l’offre de Siclaé visant en priorité des acteurs clés du groupe.

Siclaé émet des convertibles via une plate-forme internet - Photo : Bloomberg

Siclaé n’hésite pas à associer tradition agricole et innovation financière. Ce spécialiste de la transformation des céréales – et notamment producteur de la farine Francine – réalise une émission publique d’obligations convertibles originale : elle est placée via une plate-forme Internet de souscription. Chef de file et teneur de livre, Société Générale a conçu l’opération pour coller à l’objectif numéro un du groupe : resserrer les liens avec les agriculteurs et salariés qui partagèrent l’aventure du groupe à sa création, en 2005, lors du regroupement de cinq coopératives agricoles du Nord-Est de la France.

Depuis, Siclaé (2,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires au 30 juin dernier) a acquis des positions prééminentes dans la plupart de ses activités, étant numéro un mondial de la production de malt, l’un des leaders européens de la meunerie, l’un des premiers acteurs français en amidonnerie... Si l’émission de convertibles vise à trouver de nouveaux moyens pour poursuivre la croissance, elle doit aussi servir à resserrer les liens avec les acteurs de cette réussite industrielle, adhérents et salariés des coopératives que fédère l’entreprise. Déjà, en 2010, le capital leur avait été ouvert et quelque 2.500 particuliers, représentant 3 % du capital, sont arrivés aux côtés des coopératives et d’actionnaires financiers, dont Bpifrance (11 % du capital).

« Notre objectif est, à l'occasion de cette nouvelle étape, de proposer encore une fois aux adhérents des coopératives actionnaires de Siclaé, aux salariés et retraités, de participer au capital, selon une formule plus souple, indique Paul Roux, directeur administratif et financier de Vivescia, actionnaire à 53,75 % et co-gérant de Siclaé. La composante ‘prêt’ de l’obligation convertible est là pour rassurer les agriculteurs. En outre, l’émission à 7 ans prévoit une conversion à la main des souscripteurs, possible à tout moment. »

Quelque 40.000 souscripteurs potentiels sont ciblés par l’opération, avec distribution de brochures explicatives dans les coopératives et réunions. La banque Hottinguer a en outre été choisie comme chef de file associé et co-teneur de livre compte-tenu de ses liens avec le milieu agricole. La souscription proprement dite passe par un outil

ad hoc ou un numéro de téléphone « Azur ». « Nous avons créé une plate-forme de souscription par Internet pour les investisseurs non professionnels, l’outil étant conçu dans le respect de la réglementation des services d’investissement, explique Sidney Studnia, responsable de l’ingénierie financière chez Société Générale. Elle permet, avec la saisie de l’ordre, de vérifier l’identification du souscripteur et s’il appréhende le risque. En outre, l’outil nous aide à conduire les ‘diligences’ requises par nos obligations de lutte anti-blanchiment. » Il ne s’agit pas d’une plate-forme de crowdfundingdont le rôle serait purement techique. « A la différence des plates-formes Internet intervenant dans les financements participatifs opérées par des acteurs non régulés, celle-ci est opérée sous la responsabilité de Société Générale, qui, en tant que banque prestataire de services d’investissement, a des obligations tant vis-à-vis de l’émetteur que des souscripteurs », précise Sidney Studnia. L’outil doit servir à d’autres opérations dont certaines sont déjà en vue.

Liquidité améliorée

La souscription par les particuliers devrait atteindre une dizaine de millions d’euros sur un total visé de 70 à 80 millions. Considérés comme prioritaires, ces actionnaires ne seront pas réduits, contrairement aux institutionnels et financiers. De même, le rendement proposé se compare favorablement à des produits d’épargne traditionnels. « Pour une maturité de 7 ans, l’obligation convertible prévoit un coupon annuel en cash de 3,5 % ainsi qu’une prime de remboursement en cas de non-conversion, expose Sidney Studnia. Cette prime est calculée de façon à délivrer un rendement actuariel de 5 % par an, un rendement minimal que l’option de conversion permettra éventuellement de dépasser en fonction de la performance de l’action Siclaé. »

La valorisation de la convertible tient compte du mode de fixation spécifique du cours de l’action. En effet, pour s’assurer de son ancrâge à la fois local et thématique, Siclaé a dans ses statuts des clauses de contrôle de son capital. La société n’est pas cotée sur un marché réglementé, régi par un carnet d’ordres. Aussi, pour assurer une certaine liquidité de leurs titres aux actionnaires, une plate-forme offre, deux fois l’an, des possibilités d’échange sur la base d’un prix résultant d’une expertise indépendante. L’opération en cours devrait, en cas de conversion, améliorer cette liquidité. « L’instrument nous permet d’apporter une réponse au besoin de liquidité des souscripteurs », indique Paul Roux

A lire aussi