Le plafonnement des bonus pèsera à l’avenir

le 07/03/2013 L'AGEFI Hebdo

Les Français concernés. Déjà encadrés depuis 2009, avec un différé pour 40 % à 60 % du versement sur trois ans, les bonus de toutes les banques exerçant en Europe sont de nouveau sur la sellette avec la directive CRD4. Les institutions communautaires ont décidé de plafonner cette part variable au niveau du fixe, sauf avis contraire des actionnaires dans certaines conditions. « C’est la fin des bonus insensés », a déclaré le commissaire Michel Barnier en charge du Marché intérieur. Les groupes français, qui vont maintenant annoncer les enveloppes de l’année, ont déjà pris des mesures, notamment le « bonus négatif », qui revient à ne pas verser les sommes différées annoncées en 2010 et 2011. De plus, les enveloppes (scindées entre actions et numéraire) ont été globalement réduites de moitié. Chez BNP Paribas, celle distribuée en 2012 au titre de 2011 a ainsi diminué de 50 % à 490 millions d’euros, contre 410 millions chez Société Générale (-44 %). Et cela pourrait durer. Chez Crédit Agricole CIB, où le variable s’inscrit à hauteur de 25 % du fixe, Jean-Paul Chifflet, directeur général de Crédit Agricole SA, a indiqué qu’« il y aura des bonus cette année, en légère baisse - de 5 % à 6 % par rapport à 2012.  »

A lire aussi