Petits arrangements

le 17/01/2013 L'AGEFI Hebdo

Lloyd Blankfein s’était pourtant dit prêt à payer plus d’impôt en octobre, lors des débats sur le fiscal cliff aux Etats-Unis. Une posture que le dirigeant de Goldman Sachs ne semble pas si prêt à adopter pour lui-même et son staff. La banque a distribué quelque 65 millions de dollars d’actions gratuites le 31 décembre à ses dix top dirigeants et les bonus à ses employés américains, quelques heures avant que l’augmentation des taxes n’entre en vigueur aux Etats-Unis. Et sans attendre le mois de janvier, date traditionnelle pour ce genre d’opérations. Quand au staff londonien, il pourrait se voir distribuer ses bonus après le 6 avril, pour tirer avantage du taux d’impôt sur le revenu plus faible après cette date. La «pieuvre géante» n’est certes pas la seule banque à songer à employer cet artifice. Mais la plupart de ses compétiteurs semblent y avoir renoncé face à la levée de bouclier des parlementaires. A voir si cela suffira à faire reculer le fleuron de Wall Street qui décidément ne craint guère l’opprobre.

A lire aussi