Péril au col du Bonhomme

le 18/07/2013 L'AGEFI Hebdo

Après les emprunts toxiques pour leurs finances, les collectivités locales sauront-elles éviter les rentes néfastes pour l’environnement ? Les taxes tirées des éoliennes - elles se monteraient à 500 ou 600 euros par mois par équipement - amènent pour l’instant des édiles locaux à revenir à la charge pour imposer de telles installations dans la forêt du col du Bonhomme, dans les Vosges. La Commission européenne vient de mettre en garde le gouvernement français contre ce projet, arguant de la beauté du site et de la zone d’habitat qu’il représente pour le Grand Têtra, une espèce d’oiseau en fort déclin en France. Les mauvais comptes des entreprises d’éoliennes et le faible enjeu énergétique de ces installations auraient aussi pu servir d’arguments. L’intervention de la Commission européenne en donne en tout cas un nouveau aux contempteurs du millefeuille territorial français.

A lire aussi