Innovation financière

Perfectis se tourne lui aussi vers une gestion « à la transaction »

le 29/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Les levées deviennent difficiles. En France, le spécialiste des petits LBO (leveraged buy-out) Perfectis, qui vient de réaliser la sixième sortie de son fonds II (sur 16 lignes) avec un multiple supérieur à 3, va désormais chercher des opportunités financées au cas par cas, selon Private Equity Magazine. Cette approche plutôt utilisée par les nouvelles sociétés gestion devant faire leurs preuves consiste à solliciter des investisseurs, préalablement engagés sur le principe mais pas sur un montant, uniquement lorsque se présente une transaction intéressante. Elle offre plus de flexibilité à certains institutionnels dans une période où les réglementations évoluent et où la route des levées est « embouteillée ». Début février, Duke Street avait dû ajourner son septième fonds et opter pour une approche similaire (« pledge fund ») basée sur des promesses d’investisseurs. Celle-ci se traduit aussi par une baisse des commissions de gestion, proches de 2 % par an sur les fonds engagés.

A lire aussi