Innovation financière

Perceva Capital « refinance » son fonds de retournement

le 20/01/2011 L'AGEFI Hebdo

La structure fondée en 2007 avec l’unique soutien de Nomura accède à une forme d’indépendance via la levée du FCPR (fonds commun de placement à risque) France Special Situations 1 (FSS 1) à hauteur de 150 millions. Un mandat de gestion équivalent de la banque japonaise devait à l’origine être investi en retournement et rachats de dette décotée, selon les opportunités. Après avoir finalisé deux opérations en equity (plus de 20 millions pour Trailor et Dalloyau), l’équipe emmenée par Jean-Louis Grevet, Franck Kelif (ex de Butler Capital) et Xavier Lépine a décidé de diversifier ses investisseurs via d’autres institutionnels : CDC, Adam Street, et toujours Nomura dont l’engagement déjà tiré à hauteur de 15 % est réintégré pari passu au sein de FSS 1. De quoi réaliser dix à douze investissements, dont trois attendus pour le printemps. Alors que les fonds de retournement ont été les grands absents de la crise, faute de visibilité sur l’activité des entreprises, ils semblent pouvoir redevenir actifs, même sur des LBO (leveraged buy-out) en difficulté qui, après avoir renégocié leur dette, auraient besoin de nouveaux actionnaires.

A lire aussi