Pêche au gros

le 21/11/2013 L'AGEFI Hebdo

La dette émergente peut réserver quelques surprises aux investisseurs, le financement d'infrastructures aussi. Combinez les pays émergents, très émergents, et le shipping (financement de flotte), et vous obtenez une recette… détonante. C’est en tout cas celle que viennent de goûter Credit Suisse et la banque russe VTB – qui ont récemment financé pour 850 milllions d’euros une flotte de bateaux de pêche au thon pour le Mozambique – et leurs investisseurs. La dette a été classiquement repackagé et vendue à des investisseurs internationaux avides de dette émergente aux rendements élevés. Ce que ces derniers ne savaient pas, ni les arrangeurs apparemment, c’est que la flotte incluait des bateaux de patrouille anti-pirates… susceptibles d’être armés. Selon Credit Suisse, la société mozambicaine a confirmé ne pas financer d’armes. Reste que le ministère des Affaires étrangères français a confirmé la commande de six bateaux de patrouille en sus des 24 bateaux de pêche. On espère qu’il n’y a pas trop d’investisseurs ISR (investissement socialement responsable) pris dans la nasse…

A lire aussi