Une part de rêve pour tous

le 19/05/2011 L'AGEFI Hebdo

Après la distribution de primes aux salariés parallèlement à celle de dividendes aux actionnaires, Cannes inspire à une grande banque française une nouvelle application du principe démocratique poussé à son comble. L’établissement soutient une réplique du Festival destinée aux habitants défavorisés de la ville, des « publics souvent exclus du Festival de Cannes ». Des projections « aux mêmes conditions que les professionnels », des rencontres avec des réalisateurs sont prévues. Comme si l’accès à la culture passait par une proximité avec les créateurs plus que leurs œuvres, comme s’il fallait d’emblée exclure que le talent puisse suffire à l’un ou l’autre pour gravir les marches du célèbre escalier, comme si l’intérêt des stars était autre que de rester dans l’Elysée de nos rêves…

A lire aussi