Rencontre avec... Dominik Belloin, directeur général de Kepler Corporate Finance

« Nous voulons nous implanter en Italie, en Espagne ou aux Pays-Bas »

le 17/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Quels sont vos objectifs, un an et demi après votre arrivée ?

Nos trois plates-formes européennes regroupent déjà 22 professionnels et probablement 30 d’ici à la fin d’année. Nous avons recruté l’an dernier une dizaine de personnes à Paris et à Genève, siège de nos activités d’exécution. Cette croissance importante montre la pertinence de notre business model. Nous allons compléter le champ d’expertise des équipes et continuer à faire évoluer celle de Francfort vers un modèle multiproduit (fusions-acquisitions, mais aussi financements en actions et obligations). Et nous avons un projet à Zurich, où Kepler Capital Markets (CM) est déjà représenté.

Visez-vous d’autres pays ?

Nous envisageons de nous implanter l’an prochain en Italie, en Espagne ou aux Pays-Bas (où Kepler CM est présent, NDLR), pourquoi pas en rachetant des équipes. Comme dans le courtage, une présence locale est indispensable compte tenu des différences culturelles, dans les modes de financement et de prise de décisions.

Etes-vous impacté par les discussions en cours pour le rachat du courtage de Banca Leonardo à Milan par Kepler CM ?

Si un tel rapprochement devait avoir lieu, je ne pourrais que m’en réjouir, ne serait-ce que pour les opportunités de projets communs en marché de capitaux (financement en actions et obligations) s’appuyant sur la franchise de Leonardo en Italie.

Votre marque est-elle assez connue ?

Nous devons améliorer notre notoriété en banque d’affaires mais certains mandats offrent déjà une belle carte de visite, comme notre rôle actuel de conseil exclusif de Butler Capital Partners pour sa prise de participation dans Groupe Partouche. L’arrivée en 2010 de Jean-Marc Blankert, ancien responsable mondial de l’origination du debt capital market chez Calyon (jusqu’en 2007, avant sa reconversion dans le capital-risque, NDLR) va aussi augmenter notre visibilité sur les opérations de financements désintermédiés.

A lire aussi