Notre méthode

le 07/07/2011 L'AGEFI Hebdo

-Le classement Agefi des banques conseils en fusions-acquisitions (M&A) porte sur les opérations définitivement conclues au 30 juin 2011 et comportant une composante française (acquéreur, vendeur, cible, actionnaire). Les attestations d’équité ne sont pas prises en compte.

-Les montants se comprennent en valeur d’entreprise pour les prises de contrôle majoritaire : à 100 % (moins toute éventuelle participation préalablement détenue) pour les conseils acquéreurs et de la cible ; au prorata de leurs parts pour les conseils vendeurs. Les conseils des actionnaires des acheteurs ou vendeurs sont, dans la mesure où ils sont clairement identifiés comme des investisseurs indirects, considérés au prorata de la part de capital détenue par leur client. De même pour les deals purement minoritaires. Les opérations (complexes) International Power et Genzyme ont fait l’objet d’un traitement particulier, après consultations des entreprises concernées, afin de refléter précisément le rôle de chaque banque.

-Les créations de joint-ventures ou restructurations de holdings sans changement d’actionnaires ne sont pas prises en compte (à la différence des fusions de sociétés à 50/50 comme Transdev-Veolia Transport), de même que, selon ce même principe, les scissions (Aperam, Axway, etc.) malgré tout le travail de conseil qu’elles demandent. Seuls les ventes ou échanges d’actifs « opérationnels » (biens immobiliers, usines, etc.) faisant l’objet de procédures M&A ont également pu être comptabilisés.

-Enfin, ne figurent pas dans ce classement les opérations déjà comptées au titre de 2010 (BMP Sunstone-Sanofi, Hunkemoller, Areva-KIA, Intesa-Crédit Agricole...), ni les opérations non officiellement clôturées au 30 juin : Rhodia-Solvay, Novatek 12 %-Total, Parmalat 61 %-Lactalis, Converteam, Spie, Telvent-Schneider, Foncia, GRTgaz25 %, etc.

A lire aussi