Rencontre avec... François-Xavier Saint Macary, président de Bluenext

« Nos enchères organisées en 2010 ont démontré leur performance »

le 20/01/2011 L'AGEFI Hebdo

De quels atouts dispose a priori Bluenext pour devenir la plate-forme commune d’enchères de quotas carbone ?

Notre plate-forme est la plus active sur les transactions de quotas carbone au comptant, et la Commission européenne et les Etats membres envisagent précisément de proposer aux enchères des contrats spot. Autre chef d’expérience, en primaire, nous avons déjà réalisé des enchères sur les ERU, les crédits carbone issus de projets MOC (mise en œuvre conjointe, NDLR). S’agissant d’un marché assez illiquide, la mise aux enchères nous a en effet paru être un bon moyen de faire émerger un signal prix, alors qu’un marché en continu aurait été à l’époque plus compliqué avec un sous-jacent limité, traité en gré à gré habituellement. Les enchères ont porté sur 400.000 tonnes en janvier 2010, puis 250.000 tonnes en octobre. Elles ont été fortement sursouscrites et le système a démontré sa performance.

En termes de surveillance, que prévoit votre projet ?

La surveillance des enchères est très clairement définie par le règlement européen du 12 novembre dernier, qui se réfère notamment à la directive Abus de marché. La mise en place d’un registre européen va de son côté constituer un bon moyen d’éviter des vols de quotas tels que ceux qui ont pu avoir lieu en Allemagne ou en Roumanie, en plus de simplifier les choses d’un point de vue administratif. Autre élément de surveillance, Bluenext est en train de faire valider son statut de marché réglementé auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et ses marchés seront surveillés par l’AMF et par la CRE (Commission de régulation de l’énergie). Par ailleurs, nous allons étoffer le reporting de nos opérations. Comme pour les transactions en secondaire passant déjà par Bluenext, nous utiliserons notre système de compensation et de livraison contre paiement qui sécurise les opérations avant même leur exécution.

Quel est le calendrier prévisible ?

L’appel à candidature pour une plate-forme commune d’enchères devrait intervenir mi-février en vue d’une sélection finale des réponses prévue en septembre 2011. Les énergéticiens réclamant des enchères anticipées sur des futures, il est possible qu’un système provisoire à cet égard soit mis en place. Un groupe de travail a été constitué sur le sujet par Bruxelles.

A lire aussi