L’avis de… Georges Ugeux, PDG de Galileo Global Advisors et ancien vice-président international du Nyse

« Nasdaq OMX et ICE peuvent devenir des proies en cas d’échec »

le 14/04/2011 L'AGEFI Hebdo

Comment interprétez-vous le rejet de l’offre Nasdaq OMX-ICE par Nyse Euronext ?

Elle est logique d’un point de vue stratégique. Cette opération est d’ailleurs loin de faire l’unanimité à New York. Investisseurs, actionnaires et sociétés cotées y sont majoritairement opposés car ils souhaitent davantage de concurrence sur le marché. Or, ensemble, les deux opérateurs boursiers totaliseraient plus de 50 % de parts de marché sur les activités cash actions et la cotation, ce qui constitue un travers pour la réalisation de l’opération. En revanche, cette décision ne rencontre aucunement l’intérêt des actionnaires. Le président de Nyse Euronext, Jan Michiels Hessels, avance que c’est dans leur intérêt mais sans apporter ni de faits ni de chiffres.

Pensez-vous que Nasdaq OMX et ICE vont poursuivre leur offensive ?

Sans aucun doute car c’est trop important pour les deux Bourses qui risquent de se trouver marginalisées par la fusion avec Deutsche Börse. L’opération s’annonce toutefois compliquée à réaliser, Nasdaq OMX n’ayant ni le niveau de capitalisation boursière ni les volumes de transactions de Nyse Euronext. En outre, l’alliance entre Nasdaq et ICE est une coalition de circonstance qui n’est pas à appelée à durer. Enfin, Nasdaq est confronté à un niveau d’endettement très élevé. Ils ne peuvent donc pas rester avec cette dette sur le long terme, leurs actionnaires ne l’accepteraient pas. Ils pourraient alors être tentés de céder des actifs pour réduire cet endettement.

Quelles sont leurs alternatives en cas d’échec définitif ?

Nasdaq a toujours voulu jouer dans la cour des grands et être un leader international, sans avoir pourtant les moyens de réaliser une acquisition d’envergure. Cette alliance avec ICE ressemble à une opération de survie. En cas d’échec, je pense qu’ils deviendront des proies pour des acheteurs comme Chicago Mercantile Exchange (CME), la Bourse de Hong Kong ou l’opérateur de Sao Paolo.

A lire aussi