Dossier fusions-acquisitions

Méthodologie

le 09/01/2014 L'AGEFI Hebdo

Le classement exclusif des banques conseils en fusions-acquisitions (M&A) réalisé en interne par L'Agefi Hebdo porte sur les opérations définitivement conclues au 31 décembre 2013 et comportant une partie française (cible, acquéreur, vendeur).

-Seuls les mandats de conseil M&A sont pris en compte et non les simples évaluations, attestations d'équité ou conseils en financement.

 Les montants des opérations majoritaires se comprennent en valeur d'entreprise : à 100 % (moins toute éventuelle participation préalablement détenue) pour les conseils de l'acquéreur et de la cible, ou au prorata de leurs parts pour les conseils vendeurs qui représentent des minoritaires. Les transactions purement minoritaires sont calculées au prorata de l'equity. Les conseils des actionnaires identifiés comme des investisseurs indirects sont considérés

au prorata de la part détenue

par leur client.

-Les co-entreprises simples ne sont pas prises en compte, à la différence des fusions à 50-50.

-Les ventes d'actifs « opérationnels » ou les cessions de portefeuilles immobiliers sont comptabilisées seulement au-dessus de 100 millions d'euros.

-Certaines restructurations ayant fait l'objet d'un changement d'actionnaires ont pu être prises en compte, pour la part des nouveaux fonds propres liée à ce changement d'actionnaires en général. Pour la création de Bpifrance ou le transfert des CCI de Natixis, deux réorganisations internes à ces entités sans véritables changements opérationnels, nous avons choisi de ne prendre en compte qu’un prorata représentant l’impact de ces transactions pour les minoritaires.

- Les opérations de marché, rachats d'actions et autres mandats de défense ne sont généralement pas non plus intégrés. Enfin, ne figurent pas dans ce classement les opérations déjà comptabilisées au titre de 2012, ni les opérations non définitivement bouclées au 31 décembre.

A lire aussi