Méthodologie

le 05/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Le classement exclusif des banques conseils en fusions-acquisitions (M&A) réalisé en interne par L'Agefi Hebdo porte sur les opérations définitivement conclues au 31 décembre 2011 et comportant une partie française (cible, acquéreur, vendeur).

-Seuls les mandats de conseil M&A sont pris en compte et non les simples évaluations, attestations d’équité ou conseils en financement.

-Les montants des opérations majoritaires se comprennent en valeur d’entreprise : à 100 % (moins toute éventuelle participation préalablement détenue) pour les conseils de l'acquéreur et de la cible, ou au prorata de leurs parts pour les conseils vendeurs qui représentent des minoritaires. Les transactions purement minoritaires sont calculées au prorata de l’equity. Les conseils des actionnaires identifiés comme des investisseurs indirects sont considérés au prorata de la part détenue par leur client.

-Les coentreprises simples ne sont pas prises en compte, à la différence des fusions à 50/50 comme Tarmac-Lafarge UK, Ineos-PetroChina, Systra ou TiZir Limited cette année. De même que les ventes d’actifs purs, sauf pour les transferts d’actifs « opérationnels » ou les cessions de portefeuilles immobiliers au-dessus de 100 millions d’euros.

-Certaines restructurations ayant fait l’objet d’un changement d’actionnaires ont pu être prises en compte, comme Dexia, pour la part des nouveaux fonds propres. En revanche, ce n’est pas le cas pour les - toujours plus nombreuses - scissions : Dia-Carrefour, Axway-Software, Maurel & Prom Nigeria (MPN)... En effet, celles-ci n’induisent pas de changement d’actionnaires au jour du closing, et sont prises en compte dans les classements ECM (equity capital market). Les opérations de marché, rachats d’actions et autres mandats de défense ne sont pas non plus intégrés. Enfin, ne figurent pas dans ce classement les opérations déjà comptabilisées au titre de 2010, ni les quelques opérations non bouclées au 31 décembre.

A lire aussi