Portrait Rafaèle Tordjman, directeur associée chez Sofinnova

Un médecin chercheur pour les biotechs

le 19/05/2011 L'AGEFI Hebdo

Docteur en médecine et docteur ès sciences, chercheur en immunologie, Rafaèle Tordjman a été nommée, à 42 ans, directeur associée (managing partner) chez Sofinnova en décembre dernier. Son travail dans la firme et le capital-risque a démarré en 2001. « J’avais la curiosité de voir ce qui se passait hors du monde hospitalo-universitaire, explique-t-elle. Et comme j’avais constaté, au fil de ma pratique de médecin, que les médicaments vendus par la pharmacie étaient bien souvent conçus par des biotechs, j’étais persuadée que le financement de l’innovation constituait un maillon supplémentaire dans la chaîne de soins des patients. » En pratique, son travail la garde, de fait, en contact avec des scientifiques et des cliniciens. Chez Sofinnova, elle a joué un rôle clé dans des investissements comme CoreValve, fondé par un chirurgien et vendu 850 millions de dollars après cinq ans d’investissement.« En tant que médecin, je suis en mesure de sentir les besoins du marché, précise-t-elle. Le métier requiert plus de bon sens que d’expertise financière poussée, s’agissant de jeunes pousses. Et au fil des transactions, je me suis familiarisée avec les techniques de négociation. » Rafaèle Tordjman vient de réaliser seule l’investissement en amorçage dans Preglem puis la sortie, après trois ans et demi, auprès d’un industriel hongrois. De quoi développer une réelle sensibilité de manager : « Le but de Sofinnova n’est pas d’investir dans des start-up disposant d’un seul produit et de faire des coups mais de construire des sociétés développant plusieurs produits »,rappelle Rafaèle Tordjman. Une ambition qui passe souvent par une mise en Bourse, le redémarrage du marché étant très attendu.

A lire aussi