MARCHÉS BOURSIERS Les dark pools gagnent du terrain

le 07/11/2013 L'AGEFI Hebdo

Hétérogénéité

Les marchés d'actions européennes ont vu cette année les échanges évoluer de manière assez hétérogène selon les indices, d’après ce classement établi à partir des données Fidessa (avec Thomson Reuters pour l’ajustement sur certaines plates-formes alternatives, MTF). -24 % par rapport aux dix premiers mois de 2012 pour le CAC 40 (1.466 milliards d’euros) et -12 % pour l’EuroStoxx 50 (3.906 milliards), alors que les volumes sont plutôt stables pour le FTSE 100 (2.590 milliards de livres) et pour le DAX 30 (1.990 milliards d’euros). Malgré ce ralentissement, Nyse Euronext a réussi à reprendre des parts de marché sur le CAC 40 et l’EuroStoxx, après une chute continue depuis la fragmentation induite par la directive Marchés d'instruments financiers (MIF). Le London Stock Exchange (LSE) et Deutsche Börse ont stabilisé la situation sur leur marché domestique.

Plus ou moins de gré à gré ? 

L’ensemble Bats Europe Chi-X, constitué début 2012 avec la fusion des deux plates-formes MTF, voit sa progression ralentie ou stoppée selon les indices, au profit de Turquoise. Les dark poolsgagnent aussi du terrain : de 2 % à près de 3 % sur l’ensemble des trois indices, et plutôt 4 % sur le FTSE 100. « Il est assez logique, face à des volumes en baisse et des pratiques ‘haute fréquence’ complexes à contrer, que les investisseurs cherchent à atténuer leur impact de marché en passant davantage de transactions hors des plates-formes traditionnelles », explique Mark Pumfrey, CEO (chief executive officer) de Liquidnet, qui double son activité. Les investisseurs traditionnels semblent préférer ces plates-formes d’échanges de blocs à celles de croisement des ordres internes aux banques (broker crossing networks,BCN), qui alimentaient depuis cinq ans la hausse des échanges de gré à gré (OTC). Peut-être un argument pour que la directive MIF II, en cours de négociation, ne plafonne pas cette activité « de blocs », juste pour une question politique liée à une éventuelle évolution de ces BCN vers un statut régulé de MTF ou d'OTF (organized trading facilities).

A lire aussi