Un marché de l’investissement à deux vitesses

le 14/03/2013 L'AGEFI Hebdo

Au niveau mondial, les investissements immobiliers ont atteint 443 milliards de dollars en 2012, en légère progression sur un an. « Le marché s’est globalement bien tenu grâce, notamment, à l’arrivée de nouveaux investisseurs », soulignent les spécialistes du secteur de Crédit Agricole CIB qui notent que depuis le début de l’année, le marché poursuit son redressement et pourrait générer 500 milliards de dollars de transactions en 2013. En France, l’année 2012 a été marquée par un certain attentisme avec une baisse du volume de transactions de 10 %, à 14,9 milliards d’euros (un volume proche de la moyenne des dix dernières années), selon les données compilées par Cushman & Wakefield. Le marché devrait encore se replier en 2013. Keops-Colliers International anticipe 14 milliards d’euros de transactions, l’immobilier profitant, à court terme, de son caractère de valeur refuge. Mais le marché devrait continuer à montrer deux visages comme en 2012. L’appétit de grands investisseurs étrangers (notamment des fonds souverains) mais aussi d’institutionnels français devrait le soutenir sur les actifs de premier rang (core). Un segment dynamique en 2012 avec des transactions d’envergure comme celle du 52-60 avenue des Champs-Elysées cédé par Groupama au Qatar. « Les signaux inquiétants en provenance de l’économie réelle ne font que renforcer l’hypersélectivité des acquéreurs, qui sont à la recherche de rendements sécurisés », observe Keops-Colliers International dans son point de marché 2013 sur le secteur. Le segment coredemeurera donc leur cible privilégiée. Le contexte de marché toujours difficile pèsera en revanche sur les actifs secondaires. Peu d’évolution est en outre attendue sur les taux de rendement. Le plancher de 4,5-5 % devrait se généraliser pour les actifs corecompte tenu d’une prime de risque immobilière de 200 à 250 points de base.

A lire aussi