Machisme

le 30/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Les hedge funds ont mauvaise réputation, et s’en plaignent souvent à juste titre. Pourtant, ils manquent rarement une occasion d’apporter de l’eau au moulin de leurs pourfendeurs. En témoigne la dernière sortie de Paul Tudor Jones, un hedge fund manager à Wall Street. Ce milliardaire bien connu pour sa philanthropie a exposé en parallèle à une conférence une théorie bien particulière sur le faible nombre de femmes traders. Tout reposerait sur la maternité : « Dès que les lèvres du bébé touche le sein de sa mère, toute idée d’investissement, tout désir de comprendre les mouvements de marchés disparaissent au profit de cette expérience magnifique »… Sans surprise, ces propos n'ont pas suscité l'adhésion... Sa défense (il parlait des traders global macro, mais pour le management) ne devrait pas lui permettre de remonter la pente… L’image de Wall Street n'en sort pas renforcée.

A lire aussi