Lumière pour les CDS souverains

le 06/01/2011 L'AGEFI Hebdo

Bruxelles réclame de la transparence sur les dérivés de crédit mais ne fait lui-même pas toute la lumière voulue sur le sujet. Un rapport d’experts à la Commission européenne est ainsi resté dans l’ombre malgré ses conclusions très instructives à cet égard : elles établissent qu’« il n’y a pas de preuve de mauvaise formation du prix sur les marchés des obligations souveraines et des CDS (credit default swaps, NDLR) » et que les prix des CDS ne guident pas ceux des obligations cash. De quoi mettre à bas les accusations portées, lors de la crise grecque, contre les spéculateurs, par Georges Papandreou, ce qui est peu surprenant, mais aussi, à mots à peine couverts, par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy. Il est vrai que la mise en cause de pratiques de marché complexes avait alors servi à détourner l’attention quasi générale d’un système européen se révélant mal conçu pour résister au possible défaut de l’un de ses membres.

A lire aussi