Livelihoods fédère de grands noms de la place sur un fonds carbone

le 21/07/2011 L'AGEFI Hebdo

Danone, Schneider, Crédit Agricole et CDC Climat conjuguent, via ce fonds, réduction de CO2 et lutte contre la pauvreté.

Danone, Schneider Electric, Crédit Agricole et CDC Climat créent ensemble un fonds d’investissement afin de développer des projets de séquestration du carbone forestier ou d’efficacité énergétique dans les pays en développement. Lancé avec plus de 20 millions d’euros et un objectif/plafond de 50 millions d’ici à fin 2012 grâce à l’apport d’autres investisseurs, Livelihoods sera conseillé par une équipe indépendante (Livelihoods Venture) réunissant Bernard Giraud, président et ex-directeur du développement durable de Danone, Guillaume Bouculat, directeur financier, et Jean-Pierre Rennaud, directeur général.

Ce dernier était jusqu’alors directeur du Fonds Danone pour la Nature, le groupe agroalimentaire étant en fait à l’origine de la création de Livelihoods. Le projet veut d’ailleurs que Danone apporte au fonds, au coût d’origine et sur accord des nouveaux investisseurs, ses quatre investissements dans la protection et la restauration des zones humides favorisant la biodiversité (et le stockage du CO2 dans les mangroves) au Sénégal et en Inde, ainsi que dans l’agroforesterie « fruitière » en Inde et les cultures de manioc au Congo. « En mutualisant compétences et moyens, nous pourrons lancer à plus grande échelle des projets carbone qui nécessitent une grande technicité », assure Bernard Giraud.

Compensation volontaire

Livelihoods reprend l’idée phare du groupe qui a guidé jusque-là ses projets : « Freiner le changement climatique et lutter contre la pauvreté sont étroitement liés », martèle Bernard Giraud. S’appuyant sur un réseau d’organisations non gouvernementales et d’experts partenaires, il investira en Afrique, en Asie ou en Amérique latine, dans une vingtaine de projets répartis en trois types de programmes aux techniques éprouvées : la restauration et la préservation d’écosystèmes naturels, l’agroforesterie et la restauration des sols par des pratiques agricoles durables, l’optimisation de l’énergie rurale évitant la déforestation (foyers de cuisson, éclairages adaptés, etc.).

Mais l’originalité tient aussi au schéma financier. En effet, tous les projets en vue ne seront pas éligibles aux mécanismes de développement propre (MDP) prévus par Kyoto, donnant accès à des crédits carbone CER (certified emission reduction) utiles pour les Etats et industriels pollueurs obligés de compenser leurs émissions carbone par l’achat de permis d’émission. N’étant généralement pas soumis à cette compensation obligatoire, les actionnaires de Livelihoods sont dans une démarche purement volontaire, qui leur permet d’avoir recours à d’autres types de crédits carbone : les VER (verified emission reductions), « qui peuvent également faire l’objet d’un marché secondaire », explique Guillaume Bouculat, même si les prix sont très variables selon les projets et les acheteurs potentiels. Livelihoods s’intéressera notamment aux crédits VER certifiés selon les processus - très similaires aux MDP du point de vue administratif - Gold Standard ou Verified Carbon Standard (VCS), dans une logique qui n’apporte pas forcément de retour financier pour les investisseurs mais leur permet surtout de compenser volontairement les émissions liées à leur entreprise, une usine ou un produit. Par conséquent, CDC Climat, qui investit habituellement plutôt dans des projets MDP, se trouve ici dans une démarche un peu inhabituelle. Elle est liée à l’expertise que ses équipes peuvent apporter et également retirer de ce programme expérimental et innovant. Sans compter que le fonds Livelihoods ne s’interdit pas les projets éligibles aux crédits CER s’ils correspondent à sa philosophie d’investissement, comme peut-être bientôt les mécanismes REDD (Réductions d’émissions issues de la déforestation et de la dégradation).

Une collecte de 30 à 50 millions d’euros pourrait permettre de compenser en crédits de 6 à 10 millions de tonnes de CO2 sur sa durée de vie de vingt-cinq ans.

A lire aussi