Des limites à la patience européenne

le 09/06/2011 L'AGEFI Hebdo

L’esprit américain systématique guide les textes d’application de la loi Dodd-Frank de régulation financière. Pour encadrer le marché des dérivés, ceux-ci envisagent, selon The Wall Street Journal, d’étendre les nouvelles règles à tous les acteurs impliqués dans une transaction avec une contrepartie américaine, y compris… les banques centrales étrangères. La Banque centrale européenne a déclaré tout net qu’elle trouverait inapproprié de se retrouver ainsi sous la supervision d’un organisme non européen, quand, par exemple, elle conclut un swap pour couvrir une part de ses réserves. D’où, peut-être, la déclaration récente d’agacement de Michel Barnier évoquant la lenteur avec laquelle les Etats-Unis s’acheminent vers la convergence comptable. « Pour dire les choses franchement, la patience de l’Europe atteint ses limites », a déclaré le commissaire européen au Marché intérieur et aux Services.

A lire aussi