L’homme clé - Patrick Maurel, coprésident du directoire de Leonardo & Co en France

Leonardo & Co continue de gagner des parts de marché en France

le 30/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Portrait de Patrick Maurel, coprésident du directoire de Leonardo & Co en France

Patrick Maurel. Photo: Pierre Chiquelin

Patrick Maurel, coprésident du directoire de Leonardo & Co en France, est un homme discret. « Etre 'présent partout et visible nulle part', c’est l’essence même de notre métier », estime-t-il. Si ce féru de lecture s’applique volontiers cette citation de Flaubert, préférant se fondre au sein de son équipe, la banque d’affaires qu’il dirige est rapidement passée de l’ombre à la lumière. Créée en 2006 dans le sillage du rachat de Toulouse & Associés, spécialisé dans le conseil aux grandes entreprises, la filiale française de la banque italienne Banca Leonardo connaît un tournant en 2009, année de la création de Leonardo MidCap CF (axé sur les moyennes capitalisations) par sept anciens d’Aforge Finance, dont le meneur n’était autre que Patrick Maurel. En 2012, Leonardo & Co gagnait deux places en se classant à la dix-septième position dans le conseil en fusions-acquisitions (M&A) sur le marché français et s’octroyait le septième rang sur le segment midcaps (moins de 500 millions d’euros de valeur d’entreprise), juste derrière les grands ténors du marché, selon le dernier palmarès de L'Agefi. Parmi les banques d’affaires, « nous sommes la plus grande des petites et la plus petite des grandes », considère le dirigeant.

Réflexions sur l’expertise dette

Le dynamisme de Leonardo & Co ne s’essouffle pas. « Nous continuons à gagner des parts de marché. Nous avons réalisé onze opérations depuis le début de l’année et devrions en boucler une quinzaine d’ici à fin juillet (contre dix sur les sept premiers mois de 2012, NDLR). Le premier semestre 2013 va être un très bon millésime, avec notamment les transactions Sandro Maje, Flexitallic et Mikli dans un environnement pourtant difficile marqué par une baisse des volumes », déclare le dirigeant.

Au-delà de l’activité, les évolutions stratégiques s’enchaînent. Banca Leonardo, présent dans huit pays, a associé l’an passé ses banquiers conseils au capital d’une holding basée en Belgique. En France, la banque d’affaires s’est calquée sur le modèle européen en regroupant ses activités dédiées aux moyennes et aux grandes entreprises. « La fusion juridique de ces activités, qui permet un partage accru d’expertises entre les collaborateurs, est aujourd’hui effective, informe Patrick Maurel. Notre objectif est désormais de confirmer un bon exercice 2013 sur le second semestre. Nous souhaitons par ailleurs élargir notre palette d’activités à d’autres métiers et réfléchissons à développer notre expertise dette. » Alors que trois personnes (sur quarante collaborateurs chez Leonardo & Co France) sont déjà dédiées au conseil en dette dans le cadre de LBO (leveraged buy-out), cette nouvelle expertise pourrait passer par des recrutements pour créer un véritable département.

Patrick Maurel peut désormais compter sur Laurence Danon, ancienne présidente du directoire d’Edmond de Rothschild Corporate Finance, qu’il est allé chercher fin 2012 pour assurer avec lui la présidence du directoire de Leonardo & Co France. Un recrutement de choix pour la banque d’affaires qui peut ainsi bénéficier de l'important réseau relationnel de la professionnelle dans le monde institutionnel et de ses expertises sectorielles dans le luxe et la chimie. « Nous formons un duo très complémentaire. Elle a fait les Mines tandis que moi, j’étais à la mine », plaisante le dirigeant. Car le parcours de Patrick Maurel se révèle « décalé », selon ses propres termes, dans le monde très élitiste du M&A. Bac en poche, il débute dès 18 ans chez BNP, où il a exercé pendant dix ans tous les métiers de la banque de détail, menant parallèlement des études au Centre d’étude supérieure de banque et à l’IEP Paris. Ces deux diplômes obtenus, il rejoint alors la banque d’affaires de BNP (Banexi) « pour m’entendre dire que j’étais autodidacte ! », sourit le dirigeant. Cette expérience, qui durera dix ans, sera une révélation : « J’y ai rencontré mon métier, le M&A », indique ce professionnel des fusions-acquisitions depuis maintenant plus de vingt ans. Patrick Maurel devient en effet par la suite associé en charge des M&A chez Arthur Andersen puis Ernst & Young, avant de rentrer chez Aforge Finance. « C’était une belle expérience. Quand nous décrochions le téléphone, c’était plus compliqué que chez BNP ou Arthur Andersen. Le client achetait nos qualités propres et non la marque », se souvient-il. Il rejoindra ensuite Banca Leonardo en tant qu’associé gérant et responsable des activités M&A midmarket, puis sera nommé directeur général de Leonardo & Co France en mai 2012, avant d’en prendre la coprésidence du directoire. « A chacune de mes évolutions professionnelles, l’équipe qui m’accompagne s’étoffe », explique-t-il. Chez Banca Leonardo, Patrick Maurel part entouré de quinze collaborateurs d’Aforge Finance. Des départs qui, malgré la discrétion de Patrick Maurel, ont fait du bruit dans le paysage français du M&A. 

A lire aussi