LBO Leonard Green et Astorg sont toujours les plus performants

le 27/01/2011 L'AGEFI Hebdo

Deux français parmi les dix premiers

Les deux mêmes acteurs français (Astorg et Axa PE) bien placés et toujours peu de géants du LBO (leveraged buy-out) comme Blackstone ou KKR... Ce sont encore les conclusions de ce deuxième classement HEC-Dow Jones réalisé par le professeur Oliver Gottschalg à partir d’un indicateur unique pour mesurer la performance financière des firmes de capital-investissement au niveau mondial (Private Equity Performance Ranking), sur l’ensemble de leurs fonds levés pendant dix ans : entre 1997 et 2006 cette année (entre 1996 et 2005 l’an dernier, L’Agefi Hebdo du 17 décembre 2009). Le californien Leonard Green & Partners demeure le plus performant, cette fois devant le français Astorg Capital, troisième l’an passé, et le néerlandais Waterland. L’européen Nordic Capital rétrograde à la sixième place. « Certains gérants ont pu avoir un très bon fonds levé en 1996 et disparaissent évidemment de ce classement qui, en outre, n’est pas encore pondéré par la taille et désavantage donc les acteurs ayant levé de très gros véhicules entre 2003 et 2006 », estime Oliver Gottschalg. Les arrivées de gérants comme Hellman & Friedman ou BC Partners peuvent aussi s’expliquer par de belles sorties récentes. Malgré l’exclusion des fonds levés après 2006, « on commence à voir les firmes qui ont mieux vécu la crise », note l’auteur, remarquant une forte progression du nombre de participants. Axa PE, deuxième français du palmarès, passe de la neuvième à la dixième place.

Près de 100 gérants classés

L’équipe de recherche a étudié les performances fournies par la société Preqin pour 98 gérants et leurs 273 véhicules levés sur la période, représentant 411 milliards de dollars. La méthode validée compte toujours trois critères (nets des frais et primes de gestion) en données absolues : le TRI (taux de rendement interne), le DPI (multiple déjà réalisé sur le montant du fonds) et le TVPI (multiple déjà effectif mais aussi potentiel, en fonction des valeurs encore en portefeuille). Auxquels s’ajoute la mesure des écarts types de ces valeurs par rapport aux moyennes comparables sur l’échantillon, afin de bâtir un seul indicateur statistique - le « score » - à partir de ces six données (absolues et relatives), en pondérant chacun de ces chiffres en fonction de son dénominateur commun dans la performance de 492 fonds étudiés depuis 1980 via la base Thomson VentureXpert (VX). Enfin, est aussi prise en compte une pondération sur la même base historique, qui intègre le rapport entre performance et maturité du fonds.

Au bout du compte, le score reflète les performances moyennes des vingt meilleures sociétés de gestion classées sur les six critères précités. Selon l’échelle ainsi prédéterminée, 1 représente la limite au-dessous de laquelle se trouvent 85 % des fonds comparables, 2 une performance deux fois supérieure, et 0 la moyenne de tout l’échantillon.

A lire aussi