L’avis de… Fabrice Coquio, président France d’Interxion*

« L’informatique des places boursières de plus en plus capitalistique et onéreuse »

le 15/09/2011 L'AGEFI Hebdo

Quelles peuvent être les causes de pannes ou de « bugs » informatiques pour une place boursière comme Nyse Euronext ?

Dans les entreprises comme chez les particuliers, les problèmes informatiques sont liés soit au matériel, soit aux applications. Dans le premier cas, ils seront provoqués par un serveur ou un système de stockage en surchauffe, par une panne d’électricité ou encore par des défaillances dans le réseau. Dans le second, les logiciels utilisés sont en cause. Ce constat n’est pas spécifique au secteur financier. Mais pour une place boursière, dont c’est le cœur de métier, l’informatique s’avère particulièrement sensible, et les répercussions des pannes immédiatement visibles.

Quels défis se posent aux places boursières ?

Leur informatique devient de plus en plus capitalistique et onéreuse. Ainsi, la mise en place des deux nouveaux centres de données de Nyse Euronext va coûter environ 500 millions de dollars sur dix ans. Le trading à haute fréquence, qui représente déjà plus de 40 % du marché en Europe et plus de 60 % aux Etats-Unis, pose des problèmes de dimensionnement. Des mouvements de grande amplitude ont été enregistrés en août, les algorithmes se sont emballés, ont lancé des ordres par millions. Or l’unité de temps est devenue la microseconde. Pour optimiser les temps de traitement, les opérateurs souhaitent d’ailleurs placer leurs serveurs à proximité de ceux des Bourses.

En quoi le cas de Nyse Euronext est-il particulièrement complexe ?

Nyse Euronext a connu de nombreuses mutations informatiques, avant et depuis la fusion. Les migrations sont toujours très sensibles, qu’on parle de matériel, comme le déplacement du datacenter à Basildon l’an dernier, ou de services proposés. La gestion de projet joue un rôle essentiel dans ces mutations. A ce titre, la fusion avec Deutsche Börse devra faire l’objet d’un accompagnement suffisant en termes de convergence informatique. Pour les Bourses alternatives, plus jeunes, la situation est plus simple. Elles n’héritent pas de systèmes hétérogènes et complexes, et proposent une gamme de produits plus étroite.

* Opérateur de centres de données

A lire aussi