Rencontre avec… Joëlle Chauvin, directeur immobilier France d’Aviva Investors et président-directeur général d’Aviva Investors Real Estate France

« L’engagement est lourd et de long terme »

le 05/04/2012 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi avoir choisi La Défense pour porter le projet Carpe Diem ?

Ce quartier est, selon nous, la pointe avancée du Grand Paris. Premier quartier d’affaires en Europe, son positionnement international est indéniable. Il a su devenir un centre d’affaires de premier plan mais aussi un grand quartier où se mêlent bureaux, logements et commerces. Le plan de renouveau initié en 2006 a été une excellente opportunité pour les investisseurs : de nouveaux droits à construire ont été vendus, ce qui n’existait à l’époque qu’à Saint-Denis et dans le XIIIe arrondissement de Paris. C’est dans ce contexte de modernisation d’un secteur vieillissant que s’est érigé le projet Carpe Diem. Nous étions propriétaires d’un petit immeuble de 7.000 m2, construit dans les années 70, le projet consistait en la démolition de cet actif pour bâtir une tour de 44.000 m2 de bureaux.

Quels sont les défis à relever ?

Construire un immeuble de grande hauteur (IGH) est un exercice difficile, contraint par des exigences environnementales d'urbanisme et de sécurité importantes comme la présence de pompiers 24h/24. C’est une structure plus complexe à réaliser qu’un immeuble de même surface construit horizontalement. Les grands investisseurs font La Défense : ce quartier requiert un savoir-faire et cet engagement est lourd et de long terme.

Qu’en est-il du surcoût engendré par le choix d’un tel bâtiment ?

A l’époque, nous avons acquis les droits à construire supplémentaires pour un montant de 1.500 euros le m2. Bâtir un IGH suppose naturellement un surcoût. Sur certains postes, ces dépenses supplémentaires oscillent entre 15 % à 20 %. Au total, le coût de revient de Carpe Diem est d'environ 6.000 euros/m2, foncier compris. Néanmoins nous présentons des charges maîtrisées, inférieures de 20 % à 30 % à celles communément appliquées aux tours de première génération.

A lire aussi