L’avis de... Romain Verzier, directeur des financements structurés chez Vinci Concessions

« Les investisseurs spécialisés ne sont pas encore si nombreux"

le 21/11/2013 L'AGEFI Hebdo

L’intérêt des investisseurs pour les infrastructures est-il synonyme de bulle ?

Cet intérêt n’est pas nouveau, il existait déjà au milieu des années 2000, avant la crise, et le phénomène de bulle était alors lié à la définition de la classe d’actifs « infrastructures ». Certains y avaient mis un peu de tout, notamment des services en concession : stations essence, services de restauration… Une infrastructure se définit pour nous à la fois par son caractère régulé (contrats avec une administration publique) et par son caractère essentiel, de telle manière que son trafic, même s’il est fluctuant, se prévoit à la fois aisément et précisément. La classe d’actifs est ainsi mieux cernée aujourd’hui, tout le monde ayant tiré les leçons de la crise. Pour ce qui concerne les partenariats public-privé (PPP), nous ne voyons pas d’effets de bulle manifeste sur les prix, notamment parce que les investisseurs spécialisés ne sont pas encore si nombreux. Le fait que des sponsors comme Vinci Concessions conservent une part significative de l’equity limite aussi les dérives.

L’intérêt des investisseurs peut-il soutenir davantage de nouvelles obligations de projets ?

Les project bonds sont courantes depuis longtemps en Amérique du Nord, et l’ont même été au Royaume-Uni avant la crise lorsqu’elles bénéficiaient des garanties des ré-hausseurs de crédit. En Europe continentale, ces obligations n’avaient pas décollé parce que les banques répondaient aux besoins et que les règles d’appels d’offres des PPP n’étaient pas toujours adaptées, la personne publique demandant aux candidats des engagements fermes difficiles à assurer dans le cadre d’une émission obligataire publique. Aujourd’hui, les banques n’ont plus les mêmes capacités de prêt à long terme et les règles d’appels d’offres ont évolué, notamment dans certains pays d’Europe du Nord comme les Pays-Bas ou l'Allemagne.

A lire aussi