INTRODUCTIONS EN BOURSE - Goldman Sachs et Deutsche Bank débutent bien

le 11/04/2013 L'AGEFI Hebdo

Retour en force des IPO ?

Les introductions en Bourse s’étaient globalement réduites en 2012, de 27 % avec 122,3 milliards de dollars et 767 émissions selon Dealogic. Elles sont reparties sur de bonnes bases au premier trimestre 2013 : +40 % avec 24,5 milliards de dollars et 60 émissions. Ce classement du fournisseur de données financières place Goldman Sachs en tête des banques teneurs de livres, devant Deutsche Bank et Citi. Le marché reste cependant suffisamment petit pour que quelques transactions chamboulent ce palmarès, dominé l’an dernier par la banque Morgan Stanley (remarquée sur l’IPO de Facebook), JPMorgan et Deutsche Bank.

Au premier trimestre, le marché américain a même gagné 50 %, avec 8,7 milliards de dollars et 35 émissions, dont celles notables de Zoetis (2,6 milliards), CVR (690 millions) ou Pinnacle Foods (667 millions). Des IPO qui ont notamment permis à Barclays, Goldman Sachs et Citi de bien figurer outre-Atlantique.

L’Europe dynamique

Sur le Vieux continent, ce marché a progressé au premier trimestre 2013 de +62 % avec 5,4 milliards de dollars, soit déjà plus du tiers des 13,6 milliards de dollars émis en 2012. Et ce malgré une forte diminution du nombre d’émissions, passées de 35 à 20 par rapport au premier trimestre de l’année dernière. On note ainsi une augmentation sensible de la taille moyenne des opérations, comme celle de LEG Immobilien (1,6 milliard de dollars), esure Group (915 millions), Moscow Exchange (498), Greencoat UK Wind (394), Crest Nicholson (387)… Avec Moleskine, 314 millions de dollars levés la semaine dernière à Milan, on retrouve, après une période de crise où seules s’introduisaient en Bourse des marques d’internet ou des biotechs, des levées primaires pour des activités plus traditionnelles comme les biens de consommation. Le marché français - une seule IPO au 31 mars avec Spineway - semble en voie de disparition.

Le marché asiatique déçoit encore : après l’introduction de Japan Airlines pour 8,5 milliards l’an dernier, les émissions atteignent seulement 5,4 milliards de dollars (-26 %) depuis le 1er janvier, essentiellement dans l’immobilier et les matières premières.

A lire aussi